Quelles alternatives aux sacs plastiques bientôt interdits ?

Publié le par Christine

 Quelles alternatives aux sacs plastiques bientôt interdits ?

Le 1er juillet 2016, tous les sacs plastiques de caisse à usage unique seront interdits. Introduite par la loi de transition énergétique pour lutter contre la pollution, l'interdiction s'appliquera aux autres plastiques comme ceux servant à l'emballage des fruits et légumes le 1er janvier 2017. Voici les alternatives qui vont voir le jour.

La disparition du sac plastique sonne comme une révolution pour les industriels et les consommateurs. Elle devrait emballer les entreprises françaises encouragées à développer des alternatives issues de matière végétale, sachant que 90% des sacs sont importés, essentiellement d'Asie. La loi exige que 30% des contenants proviennent d'une source végétale, 60% en 2025.

La mesure concerne les sacs les plus fragiles et les plus difficiles à recycler. Les sacs plus épais et réutilisables, comme les cabas vendus aux caisses, ne seront pas interdits. Selon la loi, un marquage devra toutefois être apposé sur ces contenants pour indiquer "que le sac peut être réutilisé et ne doit pas être abandonné dans la nature".

Des sacs biodégradables dans les supermarchés en 2017

n 2017, seront commercialisés en France les premiers sacs plastiques enzymés issus d'un procédé unique développé par la société auvergnate Carbios. En quelques mois, ils seront biodégradables dans des conditions domestiques, à savoir sans recours à une installation de compostage industriel.

Pour l'heure, les industriels de la plasturgie freinent les projets de création d'unités industrielles indispensables à la transformation des matières végétales, comme l'amidon de pomme de terre ou de blé, par exemple en granulés de bioplastique, car ce type de production couterait 3 à 4 fois plus cher que pour un sac plastique classique. En revanche, la grande distribution se renseigne auprès d'entreprises françaises pionnières en matière de bioplastiques qui pourraient d'ores et déjà répondre aux commandes.

Des sacs en papier ?

Le sac en papier à la caisse du supermarché ou de la supérette n'est pas pour demain. Les papetiers hésitent aussi, y compris les PME, à investir dans cette filière, même s'ils tablent sur 5% de croissance grâce au défunt sac plastique.

Changer ses pratiques ?

La solution serait finalement, comme le font déjà les consommateurs soucieux de l'environnement, de faire ses courses avec son propre cabas en toile ou en jute, solide et réutilisable. Le mieux est de le choisir avec des grandes anses que l'on peut se caler sur l'épaule, utiliser aussi un sac isotherme pour que les produits frais arrivent frais et pourquoi pas un caddie. Certains montent les escaliers grâce à leurs 6 roues et d'autres sont même isothermes. Chaque année 17 milliards de sacs plastiques sont encore consommés en France, dont huit milliards abandonnés dans la nature, selon le ministère de l'Environnement. Cette mesure pourrait faire évoluer les pratiques en poussant le consommateur à changer son comportement

ladepeche.fr

Publié dans Nature, actualité

Commenter cet article